Chateau d'Orléans

Siège des institutions du Duché Orléanais
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Vicomté][Historique][Octroyé] Chartres

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [Vicomté][Historique][Octroyé] Chartres   Jeu 19 Oct - 11:56

Histoire de la citée
Les origines

Le site de Chartres est occupé dès le Paléolithique par des populations qui s’installent sur un éperon calcaire au confluent de l’Eure et du Couesnon, site défensif naturel juste au-dessus de la vallée, là où elle se trouve plus encaissée. La ville devient par la suite la capitale de la tribu gauloise des Carnutes d’où elle tirera son nom. Chartres qui domine déjà un vaste plateau céréalier, boisé uniquement à son pourtour, acquiert rapidement un rôle de capitale religieuse, politique et militaire.

Le Moyen Âge et les Temps modernes

Les premiers siècles du millénaire sont ceux de l’évangélisation, puis des guerres et des invasions normandes (en 858 et 911).

Vient ensuite la pause relative de l’An Mil et l’arrivée de l’évêque Fulbert, bâtisseur d’une cathédrale (détruite par le feu en 1194) et fondateur d’une école dont le rayonnement éclaira tout l’Occident. A partir du XIIe siècle, la population s’accroît et la ville s’étend vers la vallée. De nouveaux remparts, dont subsistent quelques vestiges, sont édifiés et des faubourgs s’étendent autour des douze portes de la cité, dont les plus importantes sont les portes Châtelet, Saint-Jean, Drouaise, Guillaume, Morard, Saint-Michel et des Epars. La ville médiévale fonde alors sa puissance sur son économie. Elle comporte deux parties, séparées par un dénivelé de trente mètres : la haute ville, avec le château et la cathédrale, et la basse ville avec les activités liées à la rivière : tanneries, corroieries, mégisseries, moulins...

La ville, place militaire, est également au cœur des guerres. Comme celle de Cent Ans (avec la signature, à sept kilomètres de Chartres, du traité de Brétigny en 1360).

Chronologie
*IIe siècle avant notre ère : Chartres est la capitale de la tribu gauloise des Carnutes d’où elle tire son nom (carnutum, carnotas). Située sensiblement au milieu de la Gaule, Chartres est le lieu de réunion des druides. La ville est à la fois une capitale religieuse, politique et militaire.
*Milieu du IIIe siècle : Évangélisation de la région par saint Altin et saint Eodald. Il semblerait qu’un emplacement soit attribué aux chrétiens près des remparts de la ville pour y construire une cathédrale.
*IVe siècle : Dès le IVe siècle l’évêché est un des plus vastes des Gaules.
*IXe-Xe siècle : Invasions normandes : la ville est mise à sac en 858 par Hastings, elle repousse un assaut de Rollon en 911. Les Normands sont défaits grâce aux renforts du comte de Blois, des ducs de Bourgogne et de France. Pour stimuler les soldats, l’évêque Gancelme a exposé sur les remparts le Voile de la Vierge, relique rapportée de Constantinople et déposée à Chartres par Charles le Chauve en 876. Enfin en 963, tandis que le comte de Chartres, Thibault le Tricheur, est occupé à faire la guerre chez le duc Richard de Normandie, celui-ci assiège et anéantit la ville.
*Au lendemain de l’an 1000 : L’évêque Fulbert entreprend la construction d’une vaste église à la gloire de Marie. Il fonde également une école épiscopale qui devient aux Xe et XIIe siècles, l’un des foyers intellectuels de l’Occident.
*1134 : Incendie de la ville et de la façade de la cathédrale.
*1150 : Saint Bernard prêche la deuxième Croisade à Chartres.
*1180-1185 : Reconstruction de l'enceinte.
*1194 : Incendie de la ville et de la cathédrale romane.
*1297 : La ville reçoit sa charte communale d’affranchissement.
*1357 : Travaux de fortifications, creusement des fossés neufs.
*1417 : Les Bourguignons, sous la conduite de leur duc Jean sans Peur, annexent la ville. Elle est rendue au roi de France en 1432.


Armoiries
C’est au milieu du XIVe siècle que l’on trouve trace des premières armoiries de la ville. Depuis cette époque, ce n’est pas moins de six blasons différents qui se sont succédé.
Les besants du blason sont la résultante de la déformation progressive du profil de Louis le Débonnaire (814-840) qui figurait sur les pièces de monnaie. Peu à peu, au fil des nouvelles pièces frappées, la tête se déforma, le cou disparut, la couronne royale s'arrondit pour finalement laisser la place à de simples traits laissés sur le besant qui intégra le blason de Chartres au XIIIe siècle.


De gueules à trois besants d'argent chargés chacun d'une inscription de sable frappée au droit d'un denier et au chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or



Situation géographique
Chartres se situe au Nord Nord Ouest d'Orléans et au Sud Ouest de Paris.


Monuments importants
La cathédrale
La façade de la cathédrale de Chartes est flanquée de deux tours qui occupent une place privilégiée dans l’histoire de l’architecture gothique. La tour du Midi, dite clocher Vieux, a été élevée de 1145 à 1165, avec des pierres tendres taillées en écailles. Elle est célèbre pour sa flèche de 105 mètres, que Viollet-le-Duc considérait comme une « flèche irréprochable ». Les travaux de la tour dite clocher Neuf durèrent de 1134 à 1150. Mais la foudre a détruit la flèche en bois qui la surmontait à l’origine. La flèche actuelle, de style flamboyant, a été reconstruite en pierre par Jean de Beauce entre 1507 et 1513. Avec ses 115,18 mètres, elle est l'une des plus hautes de France


La porte Guillaume
Au XIe siècle, les quartiers riverains de l’Eure étaient protégés par quelques ouvrages fortifiés réunis par une palissade, puis des remparts en maçonnerie furent construits.

La porte Guillaume, reconstruite au XIVe siècle, était un spécimen de l’architecture militaire. Tout ce qui constitue une forteresse s’y trouvait : de longues ouvertures (nécessaires à la manœuvre du pont-levis) marquaient le corps central au-dessus du passage doublé d’une porte basse pour piétons ; une herse, des meurtrières à embrasures… La façade extérieure se composait de deux puissantes tours rondes couronnées de créneaux et de mâchicoulis, auxquelles venaient aboutir le chemin de ronde et le mur de rempart.

Pendant des siècles, c’est par cette porte que les voyageurs venant de Paris entraient en ville
Revenir en haut Aller en bas
lancelote
Duc
Duc
avatar

Nombre de messages : 1481
Localisation : Blois
Date d'inscription : 06/03/2006

MessageSujet: Re: [Vicomté][Historique][Octroyé] Chartres   Lun 19 Nov - 22:33

CALOTRIE (la) - ancien fief, situé sur la commune de Sancheville, vassal du duché de Chartres.

LIGNIERE (la) - lieu-dit de Sancheville. Fief vassal du duché de Chartres.

PRESSAINVILLE - lieu-dit de Varize. Mentionné sous le nom de Préseinville en 1327. Fief vassal du duché de Chartres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://castel-de-castelnau.bb-fr.com/index.forum
LLyr di Maggio



Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 03/10/2007

Caractéristiques
Humeur:
100/100  (100/100)

MessageSujet: [Vicomté][??][Octroyé] Chartres   Mar 15 Jan - 13:12



Héraldisme
Fief de retraite (vicomté RR)
Description du Blason :de gueules à trois besants d'argent, deux et un, au chef d'azur accompagné de trois fleurs de lys d'or .
Ancien nom : Autricum
Devise : -
Actuel Seigneur : LordMajicSeb
Ancien Seigneur : -
Nom des habitants : Chartrains, Chartraines
Seigneuries historiques :

  • La Calotrie (sur la commune de Sancheville)
  • La Ligniere (sur la commune de Sancheville)
  • Préssainville (Préseinville en 1327)
Seigneuries RR octroyées :




Généralités historiques

  • Anciennement Autricum, capitale des Carnutes et peut-être lieu de culte gaulois.
    Evangélisée au 3ème, siège dès le 4ème d'un évêché, un des plus vastes des Gaules, la ville fut mise à sac par les Normands (858, 963), mais repoussa un assaut de Rollon en 911.
  • Le site de Chartres est occupé dès le Paléolithique par des populations qui s’installent sur un éperon calcaire au confluent de l’Eure et du Couesnon, site défensif naturel juste au-dessus de la vallée, là où elle se trouve plus encaissée. La ville devient par la suite la capitale de la tribu gauloise des Carnutes d’où elle tirera son nom. Chartres qui domine déjà un vaste plateau céréalier, boisé uniquement à son pourtour, acquiert rapidement un rôle de capitale religieuse, politique et militaire.
  • Très ancien lieu de pèlerinage autour de la Tunique de la Vierge, donnée par Charles le Chauve en 876.
  • Le comté de Chartres, héréditaire avant 940, appartint aux comtes de Blois, puis fut réuni à la Couronne en 1286, donné en apanage à Charles de Valois en 1293, à nouveau réuni en 1346.
  • Il fut érigé en duché en 1528 au profit de Renée de France et d'Hercule d'Este, puis donné au duc d'Orléans dont le fils aîné portait le titre de duc de Chartres.
  • La ville, très catholique, repoussa les protestants de Condé en 1568, mais fut prise en 1591 par Henri IV qui vint s'y faire sacrer en 1594.
  • Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Chartres subit d'importants dommages et fut libéré par les Américains le 16 août 1944.
  • Siège des célèbres écoles de Chartres au Moyen Age.
  • Patrie de l'évêque Fulbert (vers 960-1028), de Mathurin Régnier (1573-1613), du solitaire de Port-Royal Pierre Nicole (1625-1695), de J.Pétion de Villeneuve (1756-1794), président de la Convention, et du général Marceau (1769-1796).


Vestiges préhistoriques et antiques

  • Trouvailles néolithiques diverses.
  • Habitat de La Tène finale.
  • Etendue considérable des couches gallo-romaines.
  • Amphithéâtre gallo-romain* dans le quartier Saint-André.
  • Substructions gallo-romaines visibles dans la crypte Saint-Lubin de la cathédrale, les restes gallo-romains visibles sont infimes au
  • regard de ce que livrent (et détruisent) les travaux modernes.


Architecture civile

  • Ville pittoresque** : ensemble des quartiers anciens décrété secteur sauvegardé, rénovés avec bonheur.
  • Anciens remparts 13ème/14ème.
  • Vestiges de la porte Guillaume et de son ouvrage avancé (MH et SI) (détruite en 1944).
  • Ancien évêché** 15ème/17ème/18ème (MH) (musée) : corps de logis 17ème, façade de briques et de pierres à bossages, avant-corps central 18ème, aile en équerre 1706, bâtiments 14ème/15ème, chapelle 18ème.
  • Jardins de l'évêché* (MH et SI), jardin d'honneur et jardins en terrasses : grille 1750 Louis XV.
  • Hôtel de ville (MH), ancien hôtel de Montescot* 1614, restauré 1951 : corps de logis flanqué de 2 ailes, bandes alternées de brique rose et de pierre blanche, portail monumental.
  • Ecole, 6, rue des Béguines : porte 16ème à encadrement de pierre sculptée et vantaux de bois (IMH).
  • Chambre de commerce : grille* 18ème (MH), ancienne clôture du choeur de la cathédrale (sur la place de la Cathédrale).
  • Cellier de Loëns** 13ème (MH) (Centre international du vitrail) : crypte à 3 nefs ogivales et 12 piliers.
  • Archives départementales, ancien séminaire Saint-Charles (IMH) 18ème (IMH) : chapelle 18ème.
  • Ancienne Salle de Justice* : façade postérieure et charpente (MH).
  • Hôtel des Postes (IMH), 1 boulevard Maurice-Viollette.
  • Théâtre municipal (IMH, sauf le foyer).
  • Chambre de commerce et syndicat d'initiative, ancienne maison de chanoine 13ème : fenêtres à tympans sculptés.
  • Lycée Marceau, ancien couvent des cordeliers (IMH) : bâtiments 1887 ; galerie du cloître, mur subsistant de la chapelle, portail de l'ancien couvent.
  • Maison romane** 12ème (MH), 29 rue Chantault, la plus vieille maison de Chartres : baies géminées, tympans sculptés.
  • Chambre Henri IV : mouluration et sculpture (IMH), 5 rue Chantault.
  • Maisons canoniales (IMH), 2, 4, 6 rue Cloître-Notre-Dame.
  • Maison* 13ème, 7 rue Cloître-Notre-Dame : fenêtres à tympans sculptés.
  • Maison canoniale (IMH), 24 rue Cloître-Notre-Dame.
  • Maison 16ème, 3 place Collin-d'Harleville : porte 16ème sur rue Jean-Moulin (IMH).
  • Maison de la Voûte* (MH), ancien grenier à sel, 19 rue du Cygne.
  • Maison de la Reine Berthe 16ème : escalier* (MH) à consoles ornées de personnages sculptés, 35 rue des Ecuyers.
  • Maison du médecin Claude Huvé* (MH), 10, rue Noël-Ballay : façade Renaissance au riche décor.
  • Maison du Saumon* 15ème (MH) 10-12-14 place de la Poissonnerie : encorbellements à consoles sculptées.
  • 20, rue Porte-Morard : façade ornée de 3 poteaux sculptés (IMH).
  • 11, rue des Vieux-Capucins : façades et toitures, décoration intérieure peinte du salon (IMH).
  • Maison (IMH) : 4 lucarnes de type compagnonnique, 15 rue Saint-Brice.
  • Maison à pans de bois 15ème, 8, place de l'Etape-au-Vin.
  • Hôtel de la Caige 15ème, 12, rue des GrenetsHôtel du Grand Monarque, place des Epars : façade 18ème.
  • Ancien hôtel Champrond : portail en anse de panier 16ème.
  • Vieux lavoirs, au bord de l'Eure.
  • Ponts sur l'Eure : pont Saint-Hilaire* (IMH) ; ponts Bouju, Taillard, du quai du Massacre, des Minimes.
  • Tertres, escaliers pittoresques descendant vers la basse ville.
  • Ancien moulin à eau Saint-Père (MH), près de l'abbaye Saint-Père.
  • Monument de Pasteur 1903.
  • Monument à la mémoire de Jean Moulin.
  • Obélisque dédiée à Marceau (1851).
  • Maison "Picassiette" et son jardin (MH), 22, rue du Repos : maison recouverte de faïences cassées, curieuse réalisation d'art populaire 20ème par Raymond Isidore.
  • Ateliers de vitraux Lorin (IMH).


Architecture sacrée

  • Cathédrale Notre-Dame** 13ème (MH) (Inscrite sur la "Liste du Patrimoine mondial" de l'UNESCO), joyau de l'art gothique, édifice majeur de l'art religieux en France : large nef de 7 travées à bas-côtés, transept fortement saillant, choeur de 4 travées, clôture de choeur** 1530 par Jehan de Beauce ornée de groupes sculptés 16ème, 17ème et 18ème, double déambulatoire à 7 chapelles rayonnantes, salle capitulaire et chapelle Saint-Piat 14ème, sacristie 14ème, chapelle Vendôme 15ème, pavillon de l'horloge 1520 ; façade occidentale** 12ème : triple portail sculpté dit portail Royal, chef-d'oeuvre du début de la sculpture gothique 12ème (scènes de la vie du Christ), 3 baies surmontées d'une rose, galerie des Rois ornée de 16 statues, tour sud dite le clocher Vieux** coiffée d'une haute flèche de pierre pyramidale et ornée de 3 statues (l'Ange au cadran solaire, l'Ane qui veille, la Truie qui file), tour nord (1506-1513) dite le clocher Neuf à haute flèche flamboyante par Jehan de Beauce, façades latérales** : triple portait avec porches surmonté de 5 baies et d'une grande rose, pignon aigu 14ème, hautes tourelles d'escalier, tours carrées, riche décor sculpté ; crypte carolingienne en forme de fer à cheval, dite caveau de Saint-Lubin, la plus vaste de France ; crypte de Fulbert** 11ème, une des plus vastes d'Europe, comprenant la chapelle Notre-Dame-de-Sous-Terre, lieu de pèlerinage (Vierge noire refaite 19ème), plusieurs autres chapelles et le puits des Saints-Forts ; vitraux** 12ème et 13ème, le plus bel ensemble de France et le plus complet (scènes de la Bible, vie des saints, corporations des vieux métiers) ; fragments de l'ancien jubé 13ème dans la crypte, labyrinthe de pierres noires et blanches, dans la nef, orgue 16ème, confessionnaux 17ème/18ème, maître-autel 1773 surmonté d'un groupe sculpté par Bridan (Assomption de la Vierge) , Vierge du pilier 16ème ; trésor** : tabernacle dit triptyque ou châsse de saint Aignan de cuivre émaillé 13ème, autel portatif 1511/1611, navette à encens 1540, calice d'Henri III 16ème, reliquaire ouvrant 11ème, reliquaire du Voile de la Vierge.
  • Eglise Saint-Aignan* 16ème/17ème (MH) : nef à bas-côtés, déambulatoire, chapelles latérales, abside à pans coupés, portail principal 14ème, petit portail 1541 à 2 ordres superposés, crypte 1517, tour carrée à pilastres cannelés ; grille de choeur 18ème, vitraux 1611, fonts baptismaux de marbre 1707, épitaphes 17ème.
  • Ancienne église Saint-André* 12ème (MH), ancienne collégiale (centre d'expositions) : nef non voûtée à bas-côtés, chapelle gothique flamboyant par Jehan de Beauce, façade romane, 2 cryptes romanes ; le choeur, démoli en 1827, enjambait l'Eure ; expositions.
  • Eglise Sainte-Foy reconstruite 16ème, restaurée 19ème (actuellement salle des ventes) : vestiges de l'ancien portail roman isolé* 12ème (MH).
  • Eglise Saint-Pierre** 12ème/13ème/14ème (MH), ancienne église de l'abbaye Saint-Père-en-Vallée : clocher-donjon massif à contreforts plats, nef à bas-côtés, déambulatoire à chapelles rayonnantes 12ème et 17ème, choeur gothique rayonnant** ; vitraux** 14ème, statue d'art populaire 16ème (st Paul), dalle funéraire 12ème, Vierge de marbre 18ème par Bridan, mobilier 18ème.
  • Bâtiments de l'abbaye Saint-Père 18ème (IMH) (lycée) : 2 salles voûtées* (MH).
  • Eglise Saint-Martin-au-Val, chapelle de l'hospice Saint-Brice* 11ème/12ème (MH), restaurée fin 19ème : nef à collatéraux, déambulatoire, abside et absidioles en cul-de-four, crypte à sarcophages mérovingiens ; chapiteau 7ème d'inspiration romaine servant de bénitier.
  • Eglise Saint-Julien-des-Aveugles.
  • Eglise Saint-Jean-Baptiste de Rechèvres* 1961 : plan hexagonal ; tombeau de l'abbé Franz Stock, apôtre de la réconciliation franco-allemande ; vitraux de Max Ingrand.
  • Eglise Saint-Jean-Baptiste, quartier de Rechèvres (IMH).
  • Chapelle Notre-Dame-de-la-Brêche néo-gothique : Vierge provenant de l'ancienne porte Drouaise.
  • Chapelle Saint-Chéron.
  • Chapelles modernes Sainte-Jeanne-d'Arc et Sainte-Thérèse.
  • Communautés religieuses.
  • Temple protestant.


Nota Bene : * : Notoire - ** : Exceptionnel - IMH : Inscrit Monument Historique - MH : Monument Historique - SI : Site Inscrit - SC : Site Classé


Dernière édition par le Mar 15 Jan - 13:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LLyr di Maggio



Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 03/10/2007

Caractéristiques
Humeur:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [Vicomté][Historique][Octroyé] Chartres   Mar 15 Jan - 13:13

Histoire de la citée
Les origines

Le site de Chartres est occupé dès le Paléolithique par des populations qui s’installent sur un éperon calcaire au confluent de l’Eure et du Couesnon, site défensif naturel juste au-dessus de la vallée, là où elle se trouve plus encaissée. La ville devient par la suite la capitale de la tribu gauloise des Carnutes d’où elle tirera son nom. Chartres qui domine déjà un vaste plateau céréalier, boisé uniquement à son pourtour, acquiert rapidement un rôle de capitale religieuse, politique et militaire.

Le Moyen Âge et les Temps modernes

Les premiers siècles du millénaire sont ceux de l’évangélisation, puis des guerres et des invasions normandes (en 858 et 911).

Vient ensuite la pause relative de l’An Mil et l’arrivée de l’évêque Fulbert, bâtisseur d’une cathédrale (détruite par le feu en 1194) et fondateur d’une école dont le rayonnement éclaira tout l’Occident. A partir du XIIe siècle, la population s’accroît et la ville s’étend vers la vallée. De nouveaux remparts, dont subsistent quelques vestiges, sont édifiés et des faubourgs s’étendent autour des douze portes de la cité, dont les plus importantes sont les portes Châtelet, Saint-Jean, Drouaise, Guillaume, Morard, Saint-Michel et des Epars. La ville médiévale fonde alors sa puissance sur son économie. Elle comporte deux parties, séparées par un dénivelé de trente mètres : la haute ville, avec le château et la cathédrale, et la basse ville avec les activités liées à la rivière : tanneries, corroieries, mégisseries, moulins...

La ville, place militaire, est également au cœur des guerres. Comme celle de Cent Ans (avec la signature, à sept kilomètres de Chartres, du traité de Brétigny en 1360).

Chronologie
*IIe siècle avant notre ère : Chartres est la capitale de la tribu gauloise des Carnutes d’où elle tire son nom (carnutum, carnotas). Située sensiblement au milieu de la Gaule, Chartres est le lieu de réunion des druides. La ville est à la fois une capitale religieuse, politique et militaire.
*Milieu du IIIe siècle : Évangélisation de la région par saint Altin et saint Eodald. Il semblerait qu’un emplacement soit attribué aux chrétiens près des remparts de la ville pour y construire une cathédrale.
*IVe siècle : Dès le IVe siècle l’évêché est un des plus vastes des Gaules.
*IXe-Xe siècle : Invasions normandes : la ville est mise à sac en 858 par Hastings, elle repousse un assaut de Rollon en 911. Les Normands sont défaits grâce aux renforts du comte de Blois, des ducs de Bourgogne et de France. Pour stimuler les soldats, l’évêque Gancelme a exposé sur les remparts le Voile de la Vierge, relique rapportée de Constantinople et déposée à Chartres par Charles le Chauve en 876. Enfin en 963, tandis que le comte de Chartres, Thibault le Tricheur, est occupé à faire la guerre chez le duc Richard de Normandie, celui-ci assiège et anéantit la ville.
*Au lendemain de l’an 1000 : L’évêque Fulbert entreprend la construction d’une vaste église à la gloire de Marie. Il fonde également une école épiscopale qui devient aux Xe et XIIe siècles, l’un des foyers intellectuels de l’Occident.
*1134 : Incendie de la ville et de la façade de la cathédrale.
*1150 : Saint Bernard prêche la deuxième Croisade à Chartres.
*1180-1185 : Reconstruction de l'enceinte.
*1194 : Incendie de la ville et de la cathédrale romane.
*1297 : La ville reçoit sa charte communale d’affranchissement.
*1357 : Travaux de fortifications, creusement des fossés neufs.
*1417 : Les Bourguignons, sous la conduite de leur duc Jean sans Peur, annexent la ville. Elle est rendue au roi de France en 1432.


Armoiries
C’est au milieu du XIVe siècle que l’on trouve trace des premières armoiries de la ville. Depuis cette époque, ce n’est pas moins de six blasons différents qui se sont succédé.
Les besants du blason sont la résultante de la déformation progressive du profil de Louis le Débonnaire (814-840) qui figurait sur les pièces de monnaie. Peu à peu, au fil des nouvelles pièces frappées, la tête se déforma, le cou disparut, la couronne royale s'arrondit pour finalement laisser la place à de simples traits laissés sur le besant qui intégra le blason de Chartres au XIIIe siècle.


De gueules à trois besants d'argent chargés chacun d'une inscription de sable frappée au droit d'un denier et au chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or



Situation géographique
Chartres se situe au Nord Nord Ouest d'Orléans et au Sud Ouest de Paris.


Monuments importants
La cathédrale
La façade de la cathédrale de Chartes est flanquée de deux tours qui occupent une place privilégiée dans l’histoire de l’architecture gothique. La tour du Midi, dite clocher Vieux, a été élevée de 1145 à 1165, avec des pierres tendres taillées en écailles. Elle est célèbre pour sa flèche de 105 mètres, que Viollet-le-Duc considérait comme une « flèche irréprochable ». Les travaux de la tour dite clocher Neuf durèrent de 1134 à 1150. Mais la foudre a détruit la flèche en bois qui la surmontait à l’origine. La flèche actuelle, de style flamboyant, a été reconstruite en pierre par Jean de Beauce entre 1507 et 1513. Avec ses 115,18 mètres, elle est l'une des plus hautes de France


La porte Guillaume
Au XIe siècle, les quartiers riverains de l’Eure étaient protégés par quelques ouvrages fortifiés réunis par une palissade, puis des remparts en maçonnerie furent construits.

La porte Guillaume, reconstruite au XIVe siècle, était un spécimen de l’architecture militaire. Tout ce qui constitue une forteresse s’y trouvait : de longues ouvertures (nécessaires à la manœuvre du pont-levis) marquaient le corps central au-dessus du passage doublé d’une porte basse pour piétons ; une herse, des meurtrières à embrasures… La façade extérieure se composait de deux puissantes tours rondes couronnées de créneaux et de mâchicoulis, auxquelles venaient aboutir le chemin de ronde et le mur de rempart.

Pendant des siècles, c’est par cette porte que les voyageurs venant de Paris entraient en ville


Merci Romuald pour les infos historiques et Lancelote pour les Seigneuries
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LLyr di Maggio



Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 03/10/2007

Caractéristiques
Humeur:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: [Vicomté][Historique][Octroyé] Chartres   Mer 16 Jan - 10:50

Citation :
A tous présent et advenir salut.

Nous, Anthony de Massigny, dict « Montjoye », Roy d’Armes de France, après consultation du collège héraldique, actons l’octroy du fief de retraite de LordMajicSeb, Seigneur des Vallées, qui reçoit en sa charge, après sa mise en retraite du Conseil Ducal de l’Orléannais, le Vicomté de Chartres.
Ses armes seront « de gueules à trois besants d'argent, deux et un, au chef d'azur accompagné de trois fleurs de lys d'or ».
Faict le neuvième de Novembre de l'An de Pasques Quatorze Cent Cinquante Cinq,
à Sainct-Anthoine-le-Petit.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Vicomté][Historique][Octroyé] Chartres   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Vicomté][Historique][Octroyé] Chartres
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Antre du Blup à Chartres
» Vicomté de Crest
» LE DJINN POSE SES VALISES A CHARTRES!!
» Le 28mm historique !! maintenant c'est du plastique !!
» Historique, objet et esprit de ce forum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chateau d'Orléans :: Le Château :: Fiefs de l'Orléanais-
Sauter vers: