Chateau d'Orléans

Siège des institutions du Duché Orléanais
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Demande d'entretien avec Le Chambellan

Aller en bas 
AuteurMessage
Joachim Dubellay

avatar

Nombre de messages : 25
Localisation : Kastell Paol - Breizh
Date d'inscription : 23/04/2009

Caractéristiques
Humeur:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Demande d'entretien avec Le Chambellan   Dim 17 Jan - 20:32

Retrouvant ses vieux quartiers, dont la clé n'avait été changé, avec un plaisir plus ou moins relatif, Gildwen ne fut pas surpris de voir que seule la poussière était venue visiter ses appartements vides de toute âme. "Pfff ... " fut la simple remarque qu'il fit au vu de ce spectacle désolant. Il se dit alors qu'il serait bon de contacter le chambellan qui avait apparemment changer de sexe ! Certains changent de nom, lui, il avait par je ne sais quel magie changer de sexe ... Quelle folie ! Ou alors, le Chambellan avait tout simplement été remplacé. Bref ! Il se dit donc qu'il ferait mieux d'aller voir le chambellan, et fila ainsi tout naturellement dans les bureaux de celui-ci, hélant un page, il demanda à celui de le faire venir au plus vite.

Eh, vous là-bas, faites appeler le Chambellan d'Orléannais, faites lui savoir que Gildwen de Brocéliande, autrefois nommé Joachim Dubellay, Ambassadeur breton assigné à l'Orléannais, désire la voir au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisel

avatar

Nombre de messages : 2427
Age : 32
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/02/2009

Caractéristiques
Humeur:
300/100  (300/100)

MessageSujet: Re: Demande d'entretien avec Le Chambellan   Mar 19 Jan - 12:10

C'est un page pressé qui vint dans le bureau d'Elisel pour faire une étrange commission. Son rôle était simplement de transmettre des messages, pas d'y mettre les formes. Aussi, elle l'écouta en haussant un sourcil interrogatif. La formulation était pour le moins étrange.
Joachim Dubellay... Oui, elle l'avait croisé une fois ou deux, il y a déjà quelques temps. Elle le portait presque disparu, depuis le temps qu'il n'avait pas visité son bureau, ni donné signe de vie en Bretagne...


Transmettez lui mes salutations, et que s'il souhaite me parler, il peut venir me voir, mon bureau est ouvert.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://andeol.forumactif.com/index.htm
Joachim Dubellay

avatar

Nombre de messages : 25
Localisation : Kastell Paol - Breizh
Date d'inscription : 23/04/2009

Caractéristiques
Humeur:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Demande d'entretien avec Le Chambellan   Ven 22 Jan - 0:24

Le page en question revint avec une lenteur peu commune. Joachim, impatient, fila alors en toute hâte dans le bureau de la Chambellan après réception du mot, frappa un brin à la porte ouverte puis entra, sans faire plus de cérémonie.

Salutations, Votre Excellence Elisel d'Andéol. Comme a du vous l'annoncer votre page, je suis Gildwen de Brocéliande, Ambassadeur Breton.

Si je viens à vous, c'est pour que nous reprenions lentement contact, malgré les périodes de longues absences qui furent celles que j'ai connue. Je tiens d'ailleurs en premier lieu à m'excuser.

Ensuite, je me permets de vous remettre cette lettre, tenez.


Il sorti d'une de ses poches, une lettre qu'il lui transmit sobrement.


Citation :
Aux infâmes qui assiègent Aix,
Aux héroïques défenseurs de l'intégrité provençale,
Aux dignitaires du Marquisat des Alpes Occidentales,
Aux dignitaires de la Couronne de France,
Aux divers peuples ayant entendu la nouvelle,


La Bretagne a appris avec stupeur, horreur et indignation l'agression de la Provence par des armées françaises.
Attaquer un pays en paix n'est jamais glorieux, le faire sans déclaration de guerre est une atteinte impardonnable à l'honneur.
De plus, détourner les troupes et les moyens prévus pour une croisade afin de piller par surprise un Comté aristotélicien ajoute un aspect méprisable à ce qui était déjà inacceptable.

Aussi nous condamnons fermement cet acte barbare trahissant une volonté expansionniste totalement illégitime. Nous sommes également attristés de voir la Couronne de France s'asseoir à nouveau sur le droit des peuples à disposer d'eux mêmes et de n'avoir d'autre langage que celui de la violence aveugle. Nous espérions, à tort, que ces pratiques honteuses, étaient révolues. Hélas pour la Provence ce n'est pas le cas.

En ce jour nous pensons d'abord à la Provence, à son peuple et sa noblesse qui doivent encore être sous le choc d'un tel crime. Nous savons ce que vous vivez et nous prions pour vous. Puissiez-vous résister à cet acte barbare et obtenir, tôt ou tard, justice contre vos agresseurs. Toute la Bretagne est à vos côtés dans cette période douloureuse.

Pour Sa Majesté le Grand-duc de Bretagne,
Pour Sa Grâce le Duc de Bretagne,

Son Altesse Riwan Nathan De Brocéliande, Grand Officier de la Couronne et Chambellan breton

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisel

avatar

Nombre de messages : 2427
Age : 32
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/02/2009

Caractéristiques
Humeur:
300/100  (300/100)

MessageSujet: Re: Demande d'entretien avec Le Chambellan   Dim 24 Jan - 5:12

A peine le page sorti, un autre homme entra, et se présenta. Il devait attendre non loin, sûrement. Elle le salua, et l'invita à prendre place dans le fauteuil face à elle.

Bonjour Excellence,
Gildwen de Brocéliande, dites-vous... Je vous ai connu sous un autre nom, mais peut-être aviez vous vos raisons pour changer. Je tâcherai de ne pas me tromper, mais je vous prie de ne pas me tenir rigueur si parfois, ma langue fourche.

Et ne vous inquiétez pas, le principal est que vous soyez icelieu, les absences de toute façon sont passées, inutile de s'apesantir dessus.


Elle haussa un sourcil quand il lui tendit une lettre, écarquilla même les yeux à sa lecture. Relevant enfin les yeux, elle commença à répondre tout en fouillant dans une pile de papiers pour les lui tendre.

Bien... Je peux donc déjà vous répondre que la Couronne de France n'a pas de volonté expansionniste, puisqu'il n'est en aucune façon projeté d'annexer la Provence au Royaume.
Les annonces que voici vous éclaireront je l'espère sur la situation, et du pourquoi des troupes françaises en Provence.


Citation :
Nous, Armoria de Mortain, Grand Maître de France, à tous ceux qui le présent écrit liront ou se feront lire, salut ;

Des armées françaises sont entrées en Provence. Nombreuses sont les suppositions à ce sujet, et les rumeurs vont bon train : d'aucuns en profitent, cela va de soi, pour lancer des accusations aussi fausses que le sont leurs engagements de façade. Jusques à ce jour, j'ai laissé courir ces rumeurs, de façon délibérée, puisqu'elles ont permis d'épargner la vie de nos troupes. A présent, je vais y répondre.

Il est dit que nous utilisons le statut de Croisés pour nos actions. Faux : en quittant Genève, nous y avons laissé les blanches bannières.

Il est dit que j'ai menti quant à la destination de ces troupes, que j'ai prétendu qu'elles allaient se rendre dans le Béarn. Faux : en annonçant que je m'y comptais rendre, je n'ai parlé qu'en mon nom propre, sans user du moindre pluriel. Et je cite le discours dont copie est parvenue à Rome :
« Je prends ce jour la route vers le Béarn, parce que mon devoir me l'ordonne, parce qu'ayant un jour choisi d'entrer dans la famille aristotélicienne, j'ai aussi choisi d'aider ceux de cette famille qui souffrent, et ceux que l'on en détourne.

Je vous invite à en faire autant : puisque nous avons été tenus de laisser notre fer au fourreau, usons de notre verbe, qui est libre, et sans entrave aucune. Il fera bien plus de mal au lion que les coups d'épées »

Il est dit que c'est une agression envers l'Empire : faux. L'été dernier, Sa Majesté a écrit à l'Empereur, son cousin, pour s'ouvrir à lui des problèmes que la félonne Provence pose au Royaume. La Provence, que l'on cherche à faire passer pour l'agneau du sacrifice, mais qui, depuis des lustres, héberge de bonne grâce une cohorte de brigands qui régulièrement ravage le sud de notre pays. Sa Majesté a fait savoir à l'Empereur qu'il fallait une action : devant protection à ses vassaux qui s'en étaient ouverts à lui, il ne pouvait rester sans réagir. La lettre a été libellée dans le sens où une absence de réaction forte nous délierait les mains, nous permettant ainsi d'agir.

Et d'agir, il n'était que temps : nous venions tout juste d'apprendre que la Provence comptait voler, non plus cette fois le fruit des efforts d'un sujet de France, d'une ville ou d'une province, mais bel et bien une partie de notre territoire. La Provence s'apprêtait à négocier avec le vil Ryllas une mine languedocienne. Une terre du Royaume, vendue à des félons, à des voleurs ! Cette intention du coms du Languedoc a du reste été rapportée à Sa Majesté, qui se prononcera sous peu sur ce fait. Pour mémoire, le dernier Feudataire ayant eu l'intention de vendre une partie du Royaume a été destitué et considéré comme félon.

Cette chose, c'est la Provence qui en est à l'origine ; certes, elle a eu tôt fait de trouver chez Ryllas une oreille fort complaisante, et peu prompte à se souvenir des devoirs d'un vassal.

Du fait que nos troupes se soient retrouvées libres de tout engagement, puisque n'étant plus Croisées, s'est dégagé une opportunité pour faire comprendre à la Provence que le Royaume de France n'est pas une vache à lait que l'on peut impunément venir traire à la barbe du fermier.

Nulle intention de pillage de notre part, et nulle intention d'annexion : selon que l'on se trouve au sud de la France ou à son est, l'on dit que la Provence est ou non terre d'Empire. Eh bien elle l'est ! Il suffit de le lui rappeler avec fermeté. Et il plaît à Sa Majesté de rendre ses pleins droits à son cousin l'Empereur, au nom de l'amitié qui lie France et Empire.

Nos troupes ne sont pas les sanguinaires que l'on veut bien dépeindre : sans quoi, elles auraient passé outre les désirs de Rome et auraient attaqué Genève. Des assoiffés de sang ou des mercenaires n'en auraient eu cure, et auraient donné l'assaut, d'autant que la situation militaire nous était favorable.

La Provence se dit Aristotélicienne, mais a su se faire aimer des hérétiques genévois, pour que ces derniers actent une reconnaissance de leur prétendue indépendance, mais elle remet en question depuis trop longtemps l'ordre établi, un acte que Sa Sainteté le Pape avait lui-même condamné dans l'une de ses bulles. L'une des rares victimes faites pour l'heure en Provence par nos troupes est d'ailleurs un lion de juda... Provence, terre d'accueil.

Hébergement de brigands aux poches emplies d'Ecus français, accueil d'hérétiques, tentative de morcellement du Royaume, revendication d'une partie de la récente prise de Reims : qui a le premier porté attaque, sinon eux ? Qui est en droit de se défendre, sinon nous ? Avons-nous été l'objet d'une déclaration de guerre ? Non, parce que celle qu'ils mènent est rampante et n'ose pas dire son nom, se tenant plus qu'éloigné de toute forme d'honneur. Ayant été attaqués, il est juste que nous rétorquions.

Ce que ces troupes françaises font en Provence en ce moment, c'est soutenir une juste cause, et accomplir au nom du Roy le devoir de protection des provinces du sud, c'est soutenir sous le regard de Dieu l'ordre qu'Il a établi, en accord avec les mots de Sa Sainteté le Pape. Rien de ce qui se passe ne va à l'encontre, ni de la Foy, ni de l'honneur, ni du devoir.

Et je me permets, en toute humilité, de rappeler le texte de Sa Sainteté que je viens d'évoquer :


Citation :
Nous avons été informé par la Curie des risques de guerre civile au sein du Royaume de France. Les affaires du siècle nous inquiètent au plus haut point, dès qu'elles mettent en péril l'union et la concorde entre les croyants.

L'Eglise Aristotélicienne a toujours appelé à la paix, et par notre voix elle exhorte les responsables concernés à entreprendre toutes les actions pour rétablir l'unité des fidèles.

La paix des hommes ne peut subsister que dans l'ordre. Aussi, c'est avec une grande crainte que nous avons eu connaissance des intentions des responsables de Bretagne et d'Anjou de bouleverser l'ordre établi. Pourtant, cet ordre a été voulu par le Divin, par la grace duquel gouvernent les dirigeants de l'Europe.

Nous avons reçu du Roi de France les garanties pleines et entières que tous les efforts de négociation seront entrepris pour éviter que le sang ne coule. Il nous a également assuré de sa volonté que l'Eglise au sein du Royaume, occupe toujours la place éminente qui est la sienne : ces propositions seront officialisées dans un Concordat. En ces temps troubles, les croyants se doivent de respecter la loi des souverains d'Europe et l'ordre des Etats. Suivre la voie des secessionnistes serait suivre la voie du Malin.

Si véritablement, comme on nous le rapporte, la Bretagne et l'Anjou ont déclaré unilatéralement leur indépendance et concentrent des armées, nous ne pouvons qu'exhorter les fidèles au respect de l'ordre et à la défense de la Couronne de France.

SS Eugène V

Fait à Aurillac, le 18 de Janvier 1458,
Pour la France, pour le Roy,
Armoria de Mortain



Citation :
Nous, Lévan le Troisième, Roy de France de par la grâce divine,

à tous ceux qui le présent écrit liront et se feront lire, salut.

Nous tenons à rappeler que nous sommes au courant des opérations militaires se déroulant actuellement en Provence ; elles ne sont que la suite logique de la demande de protection faite en le Conseil des Grands Feudataires, et de la missive que nous avons envoyée à notre cousin l'Empereur. En tant que souverain de droit divin, et devant juste protection à nos sujets, nous ne saurions tolérer que l'ordre établi soit remis en cause, et que nos vassaux souffrent d'exactions impunies. Or, la situation géographique est telle que notre cousin n'a pas la même facilité d'intervention : aussi est-ce de bon gré que nous avons saisi l'opportunité de rétablir sa pleine autorité.

Par ailleurs, nous avons reçu divers témoignages et preuves des agissements du sieur Ryllas, en le Languedoc. Bien loin de prévenir son suzerain qu'une province étrangère et félonne à l'Empire avait fait connaître son intention d'annexer une partie du Royaume, il a au contraire prêté l'oreille à cette proposition. Le sieur Kristof, qui n'était pas allé jusque là, a été déclaré félon à la Couronne. De même, une alliance se dessinait, alliance ayant pour but de se rebeller tout à la fois contre le Royaume et l'Empire : encore une fois, contre l'ordre établi et voulu par Dieu. Nous attirons l'attention de notre Sainte Mère l'Eglise sur ce fait. Enfin, nous demandons aux services de la Surintendance et de la Grande Prévôté de France d'enquêter sur l'état des caisses du Comté du Languedoc, dont il semblerait que des valeurs aient disparu. Nous estimons en effet que le peuple languedocien a le droit de savoir ce qu'il est advenu du fruit de son labeur.

Par conséquent, nous déclarons le sieur Ryllas félon à la Couronne, avec pour conséquences l'autorisation par nous donnée à ce qu'il soit détrôné s'il refuse de laisser le trône du Languedoc, et le fait que les vassaux de la provinces soient libérés de toute obligation concernant celui qui était leur Comte.

Fait en le Louvre, le 20 de Janvier 1458,
SMLIII

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://andeol.forumactif.com/index.htm
Joachim Dubellay

avatar

Nombre de messages : 25
Localisation : Kastell Paol - Breizh
Date d'inscription : 23/04/2009

Caractéristiques
Humeur:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Demande d'entretien avec Le Chambellan   Lun 25 Jan - 18:37

Il parcourut rapidement la première lettre qu'elle lui tendit, l'ayant déjà lue, puis la seconde, qu'il prit le temps de lire deux fois. "Tout cela semblait fort, intéressant" pensa t'il simplement. Après avoir rangé précautionneusement ces deux missives dans une poche intérieure, il sourit à la Chambellan, avant de lui demander naturellement.

Bien, me voilà rassuré quand aux exactions de la Couronne en Provence. Qu'en est il d'ailleurs de vos soldats ? Auriez vous quelques nouvelles, afin que je puisse me mettre à jour sur cette affaire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisel

avatar

Nombre de messages : 2427
Age : 32
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/02/2009

Caractéristiques
Humeur:
300/100  (300/100)

MessageSujet: Re: Demande d'entretien avec Le Chambellan   Jeu 4 Fév - 15:12

Les soldats.... Elisel fit une grimace en pensant à eux, et répondit lentement à l'ambassadeur.

Nous avons des nouvelles de nos soldats, plus ou moins régulièrement. Les dernières sont malheureusement assez négatives. De nombreux combats ont eu lieu, faisant des blessés d'un côté ou de l'autre. Certains s'en sont sortis presque indemnes, d'autres sont beaucoup plus touchés. Mais c'est le lot de toute guerre, n'est-ce pas?

Pour le moment, le temps est donc surtout aux soins, et à la correspondance. Nous mettons en place un réseau, pour leur apporter des nouvelles de chez nous, et en recevoir d'eux. Nous espérons que cela leur permettra de garder courage, et d'oublier pour un temps leurs blessures.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://andeol.forumactif.com/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Demande d'entretien avec Le Chambellan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Demande d'entretien avec Le Chambellan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» demande d'entretien avec le conseil
» Demande d'entretien de Gengis
» [RP] Entretien avec le consul Martin_tamarre
» Entretien avec le diable ( PV J.Lennon)
» FAIRE SA DEMANDE ? pactiser avec le démon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chateau d'Orléans :: Ambassades :: Bureau du Chambellan-
Sauter vers: